Le doute

Le doute fait partie du processus normal d’éveil de la conscience chez l’homme. De nombreuses personnes qui ne vivaient pas le doute avant de faire face à l’instruction supramentale se verront assujetties par un accroissement du phénomène du doute dans leur mental. Ce doute est bénéfique car il est un joueur primordial dans la transformation du mental inférieur et dans l’émergence du mental supérieur. Un individu qui traverse l’instruction sans toucher au doute pourra facilement tomber dans l’illusion du savoir puisqu’il aura tendance à s’assoir sur différents niveaux de vérités ou de connaissances occultes, ésotériques ou spirituelles, et il sera certain de son niveau d’accomplissement au niveau de sa conscience. Cet être sera pris dans le piège de la philosophie supramentale sans pouvoir toucher à l’intégration réelle de son énergie.

Le doute est donc le pont entre une conscience involutive et une conscience qui s’éveille au réel. Le doute devient un tremplin vers une conscience lumineuse car il permet à l’être, avec le temps, de voir le jeu de l’esprit qui joue avec les formes. C’est ici que le grand saut doit être fait chez l’individu qui vit le doute : soit qu’il vibre au doute et reste prisonnier de sa forme, ou bien il réussit à percevoir la manipulation qui est effectuée sur son mental afin de l’éveiller à une conscience mentale supérieure. Afin d’aider l’être à traverser cette étape d’initiation subtile mais vitale, il est important que l’individu commence à ne plus prendre ses pensées au sérieux. Ainsi, le doute ne trouve plus de point d’attache dans l’ego et pourra laisser place, tranquillement, à une nouvelle intelligence plus objective et lucide. Par contre, l’ego devra être capable de contenir le temps, c’est-à-dire qu’il devra être capable de supporter le temps pendant lequel son mental est épuré et où il devra laisser passer les pensées de doute, d’insécurité, de questionnements et de recherches de vérité. L’ego peut se sentir laissé à lui-même, sans le support de son esprit, et ne pas voir de différence réelle dans sa vie malgré l’instruction. Et ceci peut durer plusieurs mois ou plusieurs années, le temps que le travail d’épuration se fasse… Et c’est ici que l’être doit être empreint de volonté extrême, car s’il se laisse envahir par le doute, il retournera à ses moutons, c’est-à-dire qu’il recommencera sa vie comme avant, selon les paramètres de l’involution. Et si il a accumulé beaucoup de connaissances, il sera assujetti à l’illusion du supramental, donc à de la philosophie qui mène nulle part, sauf vers des vérités qui elles-mêmes devront un jour être détruites.

Une fois que le pont du doute sera traversé, l’individu pourra commencer à toucher à une communication réelle avec son esprit puisque son mental sera suffisamment épuré pour créer une intersection entre lui et son esprit. Le doute sera ainsi absent de sa conscience et il sera enfin libre du mensonge.

— Sandra Vimont, 2011


RETOUR EN HAUT DE LA PAGE