Exaspération et fuite

L’exaspération résulte de l’incapacité d’un être à intégrer le réel au travers de l’événementiel. Il réagit émotivement face à la forme de l’événement et sa psychologie involutive et mécanique est mise en action… d’où l’absence de créativité réelle. L’exaspération démontre l’emprisonnement de la personnalité dans l’expérience de la forme subjective, et ceci a comme but le développement des corps subtils de l’homme à travers le principe de la souffrance.

Une personne qui traverse des événements difficiles et qui vit l’exaspération ne comprend pas que ces événements sont à la mesure de ce qu’elle devra un jour intégrer. L’individu a l’impression de naviguer dans un terrain où tout hasard peut se produire, et où il n’a aucun contrôle… et subit l’illusion de pouvoir réagir à son gré devant ces torrents d’événements non compris dans leurs fondements. Cet être devra un jour réaliser que son énergie-source l’amène à vivre des événements afin que ces derniers soient un jour intégrés, au-delà de leur apparence primaire, de leur forme.

Le réflexe premier d’un être vivant la psychologie propre à la cinquième race racine sera de vivre l’exaspération de manière subjective, c’est-à-dire que cet être prendra pour sien tout ce qui arrive dans son mental, et y accolera l’émotivité correspondant à ses réflexes mémoriels. Le second réflexe sera de trouver une forme de fuite qui correspond à sa personnalité : le sport, l’évasion dans la nature, l’alcool, la nourriture, etc. Ceci est un mécanisme normal pour l’être psychologique, car la fuite le protège psychologiquement d’un trop-plein dont il n’est pas capable d’absorber la matière première.

À partir du moment où l’être se conscientise, la fuite devient un mécanisme désuet puisqu’il ne prend plus ce qui entre dans son mental comme une donnée personnelle à laquelle il réagit émotivement, mais il regarde ce qui entre dans son mental et est capable d’y voir le jeu de son énergie universelle. Ainsi, il peut répondre à ces impulsions qui entrent en lui, il peut les laisser passer, il peut se choquer contre elles… tout dépend de l’intensité avec laquelle son énergie traverse son système nerveux !

Le point important ici est qu’il ne réagira pas subjectivement face à ces données, et intégrera ainsi l’énergie derrière la forme plutôt que d’y réagir sans régler le fondement intelligent derrière la forme. Les impulsions de l’énergie-source de l’homme sont intelligentes car elles lui permettent de dépasser sa restriction psychologique afin d’entrer dans un mode de communication avec la source de ses pensées. Ceci est le fondement intelligent derrière les karmas.

L’absence d’exaspération chez un individu indique que le temps où il devra dépasser cet état psychologique n’est pas encore arrivé, ou qu’il n’en est pas capable dû à une spiritualisation trop importante des événements. Par contre, l’homme devra un jour dépasser par volonté et par intelligence cette barrière qui brouille sa vision, car cette limitation l’assujettit à la manipulation et à la domination des plans, et ce, au prix d’une liberté réelle.

L’ignorance de ce phénomène résulte en l’incompréhension de la vie, dont certains traiteront d’injuste ou d’ingrate. Mais la vie de chaque individu est à sa mesure de faire face au réel, et ceci passe impérativement par une forme ou une autre d’exaspération dans laquelle l’être apprendra à ne plus réagir par la fuite, mais par une force personnelle qui dépassera de loin tout ce qu’il aura connu auparavant.

— Sandra Vimont, 2011


RETOUR EN HAUT DE LA PAGE