La peur et le subconscient

Un individu qui réagit ou qui prend une décision fondée sur la peur doit voir que sa décision découle d’aspects mémoriels non intégrés de sa conscience ; ces aspects sont ce que certains appellent le subconscient. Le subconscient représente la totalité des expériences non intégrées de l’être.

Chaque événement dans la vie de l’individu prend forme pour une raison intelligente, c’est-à-dire que l’événementiel prend racine dans le besoin de perfectionnement de l’ego. Si l’expérience est comprise et intégrée dans son fondement intelligent, l’ego se raffine et devient plus mature ; l’être se crée une individualité de conscience de plus en plus ajustée au réel. Si l’expérience n’est pas vécue de manière à en intégrer l’énergie vibratoire, l’être réagira alors subjectivement, c’est-à-dire que son émotion prendra le dessus sur l’intelligence vibratoire de la forme créée. Parfois, selon ses mécanismes internes, il transférera l’énergie d’une forme subjective à une autre afin d’apaiser – temporairement – sa personnalité, et ainsi se dorer de l’illusion d’une évolution de conscience réelle. La forme événementielle initiale, qui devait servir à un dépassement de la subjectivité reliée à l’illusion psychologique de l’événement, a donc servi psychologiquement, automatiquement, mécaniquement, émotivement, selon des anciens schémas de vie et habitudes, et devient la plateforme accumulative et mémorielle que l’on nomme le subconscient.

Les événements subséquents dans la vie de cet être serviront donc à tenter de neutraliser les paramètres intérieurs de son subconscient afin d’en libérer l’énergie, ce qui veut dire que l’événementiel devra un jour servir à sa conscientisation réelle plutôt qu’à l’accumulation d’expériences mémorielles animiques reliées à la forme.

Un jour, l’homme n’aura plus besoin du subconscient car cette plateforme ne lui servira plus aux fins de son évolution ; son expansion de conscience sera appuyée sur son intelligence réelle et non sur une mémoire animique. C’est ici que l’on parle de la création d’une nouvelle plateforme éthérique qui soutiendra sa nouvelle intelligence, libre de la polarité subjective liée à la forme. Cet être nouveau et intégral verra clairement que la peur ne fait pas partie de l’intelligence réelle, puisque la peur est toujours reliée à des mémoires archivées dans une programmation d’âme.

— Sandra Vimont, 2011


RETOUR EN HAUT DE LA PAGE