L’entrée de la conscience de l’ego dans l’Amour du plan supramental

À l’Intelligence de l’esprit dans l’ego doit s’ajouter une véritable compréhension de qui est l’autre pour que l’individu puisse entrer dans une conscience élargie face au réel de la vie. Cette compréhension de qui est l’autre est ce qui permet à l’ego d’accéder au plan supramental avec sa conscience.

Souvent, l’ego ayant intégré l’énergie de l’Intelligence de l’esprit est restreint par son impression d’être complet et autosuffisant. Il se sent entier à l’intérieur de son individualité de conscience, car il est bien défini à l’intérieur de son double éthérique sur le plan surmental. Toutefois, son état d’être peut l’aveugler ou l’empêcher d’évoluer en conscience, car il est alors limité dans sa capacité à se jumeler à l’énergie d’autrui pour vibrer à un réel commun et élargi. Il parle alors au nom d’une Intelligence froide et objective – et il a la volonté de l’actualiser –, mais il ne détient pas la capacité de joindre sa conscience à celle d’autrui pour créer une unité de conscience plus grande. Il reste donc cloisonné dans une individualité de conscience qui exclut l’autre, ce qui exclut nécessairement la grandeur du cosmos.

L’ego doit cesser de croire à sa grandeur face à l’autre, pour pouvoir un jour devenir réellement grand cosmiquement parlant. Pour ce faire, il doit cesser de croire aux mots et aux concepts auxquels il a adhérés et qui sont cristallisés dans ses cellules, pour enfin projeter sa conscience au-delà des mots, c’est-à-dire dans la vibration des mots qui l’unissent à l’autre. C’est cette capacité à vibrer avec l’autre dans une vibration commune qui le transportera sur un plan de conscience éternel, à l’intérieur de son corps supramental.

Pour vibrer à la grandeur du plan supramental, l’ego doit apprendre à devenir fluide non seulement avec lui-même, mais aussi avec autrui. Cela implique une capacité à supporter ce qu’il sait lorsque nécessaire, à travailler avec le temps pour exprimer les choses au bon moment (cela implique de trouver le point de rencontre entre son temps et le temps de l’autre), et aussi, de rester ouvert en conscience face à l’autre (éviter de se donner raison sur l’autre). Il y alors un véritable respect qui s’installe face à autrui, car l’ego accède à la compréhension vibratoire de l’orchestration cosmique des rapports humains. L’ego devient apte à comprendre comment les autres peuvent être utilisés pour le faire évoluer, plutôt que de se positionner comme détenant une forme de raison ou de vérité. Il évite ainsi de se positionner en état de suprématie, ou alors de se projeter comme s’il détenait une forme de raison et que les autres ont tort. Nécessairement, s’il croit qu’il a raison face à autrui, il entretient une croyance qui le place automatiquement en position de fermeture et il rejette dès lors l’énergie de l’Amour supramental. Au contraire, s’il est dans le savoir plutôt que dans la croyance, il restera ouvert à un possible point de rencontre avec l’autre.

Enfin, la limitation apparente que se donne l’ego face à l’autre pour le respecter, ou pour respecter la vibration intrinsèque de l’autre, est ce qui crée en lui une charge d’énergie qui lui permettra de se propulser vers l’intégration du principe de l’Amour. S’il ne parvient pas à utiliser l’énergie de l’Esprit universel pour s’harmoniser avec le réel de l’autre, cette énergie sera récupérée par les êtres descendants du plan surmental – êtres qui continueront à l’induire en erreur jusqu’à ce qu’il parvienne à dépasser le seuil du mensonge surmental, c’est-à-dire de dépasser un état d’Intelligence sans Amour.

— Sandra Vimont, 17 juillet 2019