Entre peur et intelligence : se situer par rapport au coronavirus 2019 (COVID-19)

COVID-19 De plus en plus de pays sont touchés par le coronavirus 2019. Les actualités sur le sujet abondent sur tous les types de médias sociaux… c’est partout. Inutile de dire que l’égrégore, ou le bassin émotif entourant ce virus, nourrit bien des scénarios de peur.

Il est donc important de différencier l’égrégore de peur des risques réels. Pour faire un comparatif banal : pour l’instant, il est clair que vous avez plus de chances de mourir d’autre chose que du coronavirus. Cela dit, si cette peur vous incite à devenir plus intelligents, alors tant mieux…

Être intelligent devant cette pandémie, c’est d’être capable de mesurer les risques réels. Mesurer les risques réels, ça pourrait être de prendre en compte que ce virus va affecter davantage les personnes âgées, immunodéprimées ou moins en santé ; la plupart des gens s’en sortent bien avec peu ou pas de symptômes graves et deviennent ensuite immunisés. C’est ce qu’on nous dit dans les médias… mais ce n’est pas trop sécurisant pour les gens et pour les familles de ceux qui ont une santé plus fragile. On pourrait donc conclure que concrètement, il est adéquat de s’occuper de notre santé le plus possible, de notre système immunitaire, et d’agir de manière préventive avec nos proches et notre entourage. Pour donner des exemples de mesures préventives : nous pouvons parler de jeûne, de prise de suppléments alimentaires comme l’échinacée et la vitamine C, de l’utilisation mesurée de l’huile essentielle d’origan, de repos, de lavage des mains, d'alimentation davantage axée sur la santé, de port du masque respiratoire au besoin, d’éviter les foules, de bien connaître la symptomatologie liée au virus, d'éviter les sorties inutiles, etc. À chacun de voir ce qu’il a envie de faire, ou ce qu’il peut faire concrètement, pour avoir un système immunitaire performant ou pour éviter les situations à risque. En résumé, si la tension qui est vécue face au virus mène à des actions intelligentes et mesurées en fonction de la gravité de la situation, on peut dire que la personne agit avec un discernement intelligent.

Cela dit, au-delà des mesures concrètes et intelligentes qui sont ou seront prises, il y a un point encore plus important. L’individu doit savoir que toutes les personnes qui sont infectées, ainsi que toutes les personnes qui décèdent aux suites de ce virus, vivront ces expériences en accord avec leur esprit. Il n’y a pas d’hasard dans la vie ; l’esprit de chacun prend en charge la destinée de l’ego qu’il incarne sur la terre. Immanquablement, les personnes qui décèdent aux suites d’une infection au COVID-19 terminent leur plan de vie... parfois parce qu’ils ne peuvent pas supporter les nouvelles énergies supramentales qui descendent sur la terre, et parfois pour d’autres raisons. Mais peu importe la raison, oublier que l’esprit de chaque ego est au commandes est une grave erreur qui mène à beaucoup de pertes d'énergie.

Enfin, comment se situer face aux théories de complot liées au coronavirus comme, par exemple, que ce virus a été créé pour éradiquer une partie de la population mondiale ? Si on revient à la réalité fondamentale que tous les événements qui surviennent sont sus et approuvés par l’esprit de chacun, l’idée du complot devient d’un second ordre, car totalement inutile en lien avec ce que vous avez à faire personnellement face à ce que vous vivez. L’important est de prendre soin de soi et de l’autre, et bien sûr de surveiller son psychisme pour ne pas vibrer aux pensées de peur qui émanent des égrégores mondiaux actuels. Toute tension doit mener à une action intelligente, c’est-à-dire de prendre une mesure concrète dans le quotidien… ce qui inclut un rapport de force avec son esprit si les pensées ne vous lâchent pas malgré les mesures intelligentes que vous avez prises.

— Sandra Vimont, 10 mars 2020