Le vide intérieur


Bonjour Sandra,

En réponse à une autre personne, vous dites que le pré-requis à l’intégration d’une conscience surmentale est l’intégration de la conscience spirituelle. Certaines personnes pourraient-elles en être complètement dépourvus ? Faites-vous une distinction entre spiritualité et conscience spirituelle ?

Je me demande parfois si je ne serais pas spirituellement mort. Je m’explique. À dix ans, j’ai eu une vision. Je me trouvais en compagnie des enfants du voisinage quand tout à coup j’ai vu un voile noire, comme un linceul, descendre sur le monde. J’ai soudainement compris que ces enfants avec lesquels je me trouvais portaient déjà la mort en eux et que peu importe ce qu’il allaient décider de faire de leur vie, ils étaient condamnés à finir dans une tombe.

Quelque chose en moi s’est éteint ce jour-là et pourrait bien ne jamais se rallumer.

Depuis ce jour, je suis complètement immunisé contre la religion en général, les croyances aberrantes et le culte de l’homme déifié. Aujourd’hui âgé de soixante ans, je n’ai toujours aucun désir, ambition ou aspiration d’ordre spirituelle. Bref, spirituellement, c’est le vide absolu.

J'ai passé presque la moitié de ma vie cloîtré à la maison sans jamais sortir à l'extérieur, je n'ai jamais eu d'emploi rénuméré, jamais eu de conjoint, de vie de couple, de vie sociale, d'amis, de voiture, etc. J'ai passé les cinquante dernières années à lire et à regarder la télévision.

Il y a deux ans, j'ai commencé â écrire un livre sur Bernard de Montrèal. Mon projet a vite avorté lorsque j'ai appris que Bernard avait légué les droits sur son œuvre à sa fille et que cette dernière en était venue à la conclusion que l'œuvre de son père n'était bonne qu'à causer des problèmes de santé mentale. C'est la raison pour laquelle les inédits de Bernard de Montréal ne seront jamais publiés et que ses livres ne seront pas réédités. Bonne journée,

Lucien (Québec)



Bonjour,

L’intégration de la conscience spirituelle (ou spiritualité) est importante pour donner une bonne base à la conscience de l’ego dans son développement psychique. Ceci signifie que l’ego doit intégrer le principe de Volonté tout en ouvrant suffisamment son cœur à autrui. Cette étape est importante pour que l’ego ne génère pas trop de karmas lorsqu’il sera rendu à intégrer le principe de l’Intelligence via le rapport de force avec l’Invisible. Évidemment, ce rapport de force n’est jamais contre autrui, mais bien contre l’Invisible. L’intégration du principe de l’Intelligence vient avec force et colère, mais aussi avec discernement et objectivité de conscience. Si la période spirituelle n’est pas suffisamment vécue, l’ego peut tomber dans le piège de l’égocentrisme et de l’orgueil face à lui-même. Il peut aussi imposer son réel à autrui : « Tu fais comme moi et tu vas être correct ». Cela le retardera énormément lorsqu’il aura un double éthérique et qu’il sera prêt à intégrer le principe de l’Amour. Son amour étant diffracté et dirigé envers lui-même plutôt qu’envers l’autre, il pourra énormément restreindre sa capacité d’évolution.

L’histoire dont vous me parlez est une sorte de deuil, mais aussi un réveil difficile face à la réalité de la mort matérielle. Toutefois, la conscience devient continue lorsque l’être s’élève à une conscience surmentale (intégration du principe de l’Intelligence). Cette réalité pourrait être gardée en vous pour rallumer cette flamme qui s’est éteinte. Chaque personne s’éveillera dans son temps (quand la personne est prête).

Les croyances soutenues par les religions font effectivement partie de l’involution. Mais il est intéressant de savoir que les religions ont tout de même permis de transmettre un savoir important. Par exemple, ne pas faire à autrui ce qu’on ne veut pas se faire faire, etc. L’humain a utilisé les lois universelles de manière diffractée ; il les a utilisées pour dominer l’autre plutôt que de les intégrer pour avancer vers une plus grande harmonie commune.

Si du vide absolu que vous ressentez naît une flamme qui éclaire comme un soleil, il pourra être dit que le phœnix commence à renaître de ses cendres. Un jour, vous écrirez vos propres livres qui feront rayonner la flamme du phœnix. Vous avez une très belle plume.

Au plaisir,

— Sandra Vimont, 18 avril 2018



RETOUR EN HAUT DE LA PAGE