L'influence de chacun

influence
Salut Sandra,

Ma commande pour ton livre à été livrée aujourd'hui, merci et bon lancement !

À propos des influences, tu as déjà sûrement entendu l'adage venant de personnes qui écrivent un ou plusieurs livre(s) ; "On écrit pour les autres..." (Utilisons ici le sens que c'est un geste miséricordieux que de transmettre de la connaissance et/ou d'offrir une vision personnelle aux autres).

Nonobstant le fait qu'il y a une infinitude de façons de voir les choses dans toute chose, si tu le veux bien, j'aimerais que tu partages momentanément ta vision sur l'idée d'influencer les autres en général... ici c'est plus concret puisque tu as écris un livre et qu'inéluctablement, ça doit influencer dans une forme ou dans l'autre, une personne qui veut te lire.

Sinon, dans la vie de tous les jours, que se soit, disons positivement ou négativement, chaque instant que l'on passe avec les autres (même élever un enfant), nous sommes constamment assujettis au fait d'être influencé ou d'influencer les autres. Personnellement, depuis plusieurs années, j'ai consciemment pris la décision de minimiser le plus possible toute forme d'influence envers les autres (évidement, cela implique directement de limiter toute forme de relation interpersonnelle) et donc, même si la demande que je te fais demeure assez vague j'en conviens, je m'interroge tout de même à savoir, pour toi par exemple, comment tu vois cette aspect des choses et si c'est nécessairement une chose à laquelle tu réfléchis de prime abord en te mettant en contact avec les autres en offrant un ouvrage littéraire.

Nul besoin de me répondre en réalité et si oui, nul besoin de t'étendre en long et en large, seulement quelques idées de surface seraient bien appréciées. J'en ai aucune idée pour le moment, mais peut-être même qu'il en est déjà question dans ton livre...

Eric (Québec)



Bonjour Eric,

Je suis contente que la livraison du livre ait été rapide.

Concernant mon livre : je l’ai écrit pour moi et je l’ai publié pour les autres ! Je considère que mon livre arrive à point pour apporter une instruction que de nombreuses personnes sont prêtes à recevoir. Cette instruction provoquera une accélération de la conscientisation chez de nombreuses personnes, car celles-ci bénéficieront de mon travail de définition personnelle, ce qui les aidera à se définir aussi à partir de leur propre définition de conscience... à partir de leur propre centricité.

Sur le plan surmental, l’esprit de l’ego n’est pas seul ; il est en interrelation constante avec d’autres esprits. Si on étend l’image vers le plan supramental, la conscience qui s’y trouve est comparable à une cellule qui habite un corps, qui lui, est composé d’une multitude de cellules. Et évidemment, toutes les cellules ont un effet direct ou indirect sur les autres cellules.

Lorsqu’il s’élève en conscience, l’ego planétaire accède de plus en plus au réel de qui il est, et il développe des corps éthérés qui sont plus grands et plus adaptés à une vie réelle et expansive. Ces nouveaux corps ont de plus en plus de capacités à entrer dans le réel de qui est l’autre. Voilà une image qui peut aider à comprendre la relation que l’ego doit apprendre à reconnaître avec ses semblables. Ultimement, toutes les consciences font partie d’un tout qui fonctionne comme une unité, comme un corps entier, comme un soleil. Chaque personne influence les autres, qu’elle le veuille ou pas. Chaque corps a un impact sur les autres, tout comme chaque univers est perméable aux autres univers.

J’aime être en contact avec autrui, et particulièrement les gens qui ont une belle sensibilité et qui sont authentiques. Cela dit, on peut apprendre de chacun, peu importe leur niveau de conscience. Les personnes qui nous rendent la vie difficile sont souvent celles qui nous permettent de nous élever le plus en conscience, car elles nous créent suffisamment de tensions pour pouvoir vivre de grandes expansions psychiques. Cela dit, il faut avoir la force intérieure pour pouvoir vivre ces expansions et réellement en profiter sans diffracter nos énergies prépersonnelles (sans chercher à provoquer ces tensions, bien évidemment). Sans cette force intérieure, ou maîtrise des ses énergies, il est facile pour un ego de colorer la vie via des mécanismes de fuite psychologique. Ne parvenant pas à absorber le réel de qui il est sur les plans supérieurs de sa conscience, il perd la maîtrise de ses énergies et fuit la vie, car c’est trop difficile…

Enfin, durant la période d’écriture de mon livre, je me suis isolée pendant deux ans – c’était nécessaire pour parvenir à supporter les énergies qui entraient en moi. Maintenant, je suis sortie de ma longue hibernation, et j’apprécie encore beaucoup le contact des autres. Le contact avec autrui devient un terrain d’étude de soi et de la vie, et aussi une mesure de soi à l'intérieur d'une perspective élargie. D’ailleurs, plus on s’approche du principe de l’Amour, plus ce lien avec l’autre devient important.

Pour répondre à la question, je supporte donc psychiquement l’influence que je peux avoir sur les autres, puisque je suis tout simplement moi-même, avec les autres.

Au plaisir !

— Sandra Vimont, 26 septembre 2017